« Phantom thread » de Paul Thomas Anderson **

D’emblée je dirais que mon intérêt pour le film s’est estompé à cause d’une fin trop « venimeuse » et improbable à mes yeux.

Reynolds Woodcock, dans les années 1950 à Londres est un couturier de génie, perfectionniste, égoïste, débordant de manies, qui habille les personnalités de l’époque. Il dirige sa maison avec l’aide de sa soeur célibataire, Cyril. Aucune de ses maîtresses occasionnelles n’est parvenue à obtenir un engagement de sa part.

Jusqu’au jour où il rencontre Alma, serveuse dans une station balnéaire britannique. Il l’emmène dans sa maison de campagne et lui fait essayer des vêtements. Elle devient son égérie. Alma va tenter d’occuper une place prépondérante dans la vie de Reynolds Woodcock, quels qu’en soient les moyens.

Comme le soulignent de nombreuses critiques, la réalisation du film est brillante et précise, la photographie magnifique, parfois légèrement voilée, comme soyeuse, avec une musique omniprésente qu’on apprécie ou non.

Pour moi, la musique donne un aspect « film muet » à l’ensemble et participe au sentiment que l’histoire se déroule dans un monde clos, un monde à part, un univers dans un univers, dont Woodcok est l’ordonnateur, sur un rythme donné par la partition.

Je suis pleinement rentrée dans le scénario, mais la tournure sulfureuse malsaine m’a au final déplu.

https://www.senscritique.com/film/Phantom_Thread/21561078

Cet article a été publié dans Films vus en salle. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour « Phantom thread » de Paul Thomas Anderson **

  1. Ywan Cooper dit :

    Et DD Lewis, il était comment ? L’homme est tellement sélectif et perfectionniste qu’une critique sans une mention de lui me fait craindre sa déchéance.

  2. princecranoir dit :

    Je note ces réserves quant à la tournure finale du scénario. J’avoue que c’est pourtant un des aspects qui me font tant aimer ce film.
    J’aime beaucoup ton analyse de la musique dans le film, qui le renvoie effectivement à l’élégance du cinéma muet. Phantom thread pourrait être une sorte de Drame de chambre par son côté étouffant.
    Voilà qui me donne une raison supplémentaire de le revoir dès que possible. 😉

    • Bonjour Princecranoir, Oui, je me souviens que tu avais apprécié « Phanton thread ». Je suis sensible négativement aux films sulfureux. Pour cette raison je n’avais pas apprécié le dernier François Ozon ou le film « Elle » avec Isabelle Huppert. Merci pour ton passage sur mon blog.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s