« Le jeu de l’Amour et du Hasard » pièce de théâtre de Marivaux ***

Mise en scène de Jacques Bachelier.

Les décors et costumes étaient de qualité à l’ancienne, le jeu sobre avec une très bonne présence des acteurs, le texte bien mis en valeur et accessible.

Silvia doit épouser Dorante, mais elle se méfie du mariage. Elle demande à sa servante Lisette de se faire passer pour elle auprès de Dorante, lors de sa visite.

Dorante a les même doutes et il demande à son serviteur Arlequin de se faire passer pour lui auprès de Silvia.

Toutes les bases sont posées pour de délicieux marivaudages.

Si quelqu’un est au courant des deux travestissements dès le départ, ce sont M. Orgon le père de Silvia, et Mario, le frère de la jeune fille.

Le scénario est un régal et les femmes savent bien tirer leur épingle du jeu. Je trouve le ton moins politique et moins caustique que celui de Molière, prédécesseur de Marivaux. Pour poursuivre la comparaison, Molière présente les serviteurs avec davantage de finesse, et souvent les servantes sont les plus futées.

Chez Marivaux (ou alors est-ce un choix de la mise en scène), les serviteurs ont un côté peu éduqué et grossier, s’attirent l’un l’autre sans le savoir. Les maîtres sont fins et délicats.

C’est un peu regrettable, cela donne un côté élitiste à l’histoire.

Publié dans Théâtre | Laisser un commentaire

« Khibula » de Giorgo Ovashvili **

Le film raconte la fuite et l’errance du premier président géorgien et de sa garde rapprochée en 1991 au coeur du Caucase, après le coup d’état de la junte, soutenue par l’Union Soviétique.

Beaucoup de choses tendent à en faire un excellent film : des acteurs au visage marqué et buriné ; de très beaux paysages tendant du noir/gris/blanc, vers davantage de lumière ; une part d’onirisme et d’hallucination ; des maisons géorgiennes typiques et austères ; certains plans du groupe lourdes de sens ;un sujet très intéressant sur l’Histoire européenne récente.

J’ai, ceci dit, regretté le côté répétitif dans le scénario et la mise en scène. Souvent les mêmes paroles, des étapes qui se ressemblent les unes les autres. Le temps paraît assez long et rien n’avance.

Cette stagnation est certainement voulue, mais je n’ai pas trop compris les enjeux.

Un film à voir tout de même.

https://www.senscritique.com/film/Khibula/25494575

Publié dans Films vus en salle | Laisser un commentaire

« Le Musée des merveilles » de Todd Haynes *****

J’ai été émerveillée et émue par ce film qui raconte des tranches de deux enfances : l’une en 1927, l’autre en 1977. Je n’en dirai pas davantage sur le contenu, au spectateur de découvrir cette belle histoire, dont l’axe est le muséum d’histoire naturelle de New York, filmé avec passion.

Le film peut plaire à un jeune public.

Un seul reproche qui n’entache en rien mon enthousiasme : une incohérence à la fin, plutôt un blanc dans le scénario, laissant place à des questions. C’est peut-être voulu.

Quelle magnifique écriture cinématographique ! Pour 1927, du noir et blanc muet par nécessité, avec un accompagnement musical et sonore de premier choix. Pour 1977, un New York aux couleurs chatoyantes et pop, avec un son tout aussi travaillé.

Des reconstitutions bluffantes, des acteurs touchants.

Le montage est un travail d’orfèvre, les deux époques sont tissées entre elles comme de la dentelle, avec connexions, raccords, correspondances, lesquels donne un côté merveilleux au film. J’ai également aimé les choix originaux de mise en scène des dernières 20 minutes.

Un très beau moment pour retrouver la magie et les multiples possibilités du cinéma, qu’on croit parfois perdus.

https://www.senscritique.com/film/Le_Musee_des_merveilles/21618671

Publié dans Films vus en salle | 2 commentaires

« Jalouse » de David et Stéphane Foenkinos *

A cinquante ans, Nathalie Pêcheux, brillante professeure de lettres, entre dans une dépression avec forte tendance à la jalousie.

Le film qui commence sur le ton de la comédie, va tendre vers le drame dans une deuxième partie.

Karine Viard est très bonne actrice comme d’habitude, avec un fort potentiel comique. elle porte le film.

Malgré tout j’ai trouvé le temps long et je ne suis jamais vraiment rentrée dans le film malgré quelques bons dialogues. La sauce n’a pas pris pour moi, je n’étais en empathie pour aucun des personnages.

https://www.senscritique.com/film/Jalouse/24607905

Publié dans Films vus en salle | Laisser un commentaire

« CinéMaRadio, la bande originale de votre vie » ****

Je ne connaissais à ce jour aucune radio dédiée uniquement au cinéma, je souhaite partager cette découverte avec vous : le site « CinéMaRadio », une web radio fondée en 2014 par l’avignonais Florent Mounier et son équipe d’une dizaine de passionnés.

Une trentaine d’émissions (cinérires pour le meilleur des films humoristiques, Classique ciné pour vos musiques classiques au cinéma, génériques en séries pour les BO des séries , les aventuriers des salles obscures qui proposent les critiques des films en salles, et MicroFiction pour une vitrine de la science fiction … …) présentées chaque semaine en alternance avec de la très bonne musique : des BO de films et séries. Le site propose des podcasts.

Avec très peu de publicités, c’est une radio très agréable, à écouter sans modération !!

http://www.cinemaradio.net/

Publié dans Radios | Laisser un commentaire

« D’après une histoire vraie » de Roman Polanski ***

Comme un dernier « Woody Allen » ou un dernier « Clint Easwood », il est difficile de rater un dernier « Polanski ».

Le cinéaste ne m’a pas déçue, je ne me suis ni ennuyée, ni stressée en visionnant son dernier film, même si cette oeuvre n’est peut-être pas majeure.

Delphine, écrivain cinquantenaire, dépressive et en panne d’inspiration reçoit des lettres  insultantes inquiétantes. Lors d’une séance de dédicaces dans une librairie elle fait la rencontre d’Elle (Elisabeth) qui va s’immiscer dans sa vie.

La mise en scène est classique, dans des tons sombres et avec un jeu de gros plans. Le duo d’actrices est réussi : Emmanuelle Seigner sans artifices, diaphane, fragile, tout à la fois crédule, consensuelle et manipulatrice. Eva Green à la voix grave et au visage séduisant ou inquiétant, très charismatique.

Pour moi, le film explore sur un mode fantastique la genèse de la création littéraire et les questions posées m’ont parues plutôt fines. Un écrivain inspiré, pour Polanski semble être une personne « habitée « par une autre.

Contrairement à ce que j’ai pu lire ici et là je n’ai pas trouvé les ficelles du film grossières. Certains mystères restent entiers et c’est appréciable, par exemple (spoiler) « comment Delphine a-telle pu conduire jusqu’à la campagne avec sa jambe dans le plâtre ?

Je pense que c’est un film à voir.

https://www.senscritique.com/film/D_apres_une_histoire_vraie/22035555

Publié dans Films vus en salle | Laisser un commentaire

« Jeune femme » de Léonor Séraille ***

Dans la lignée de « Frances Ha » ou de « Baden Baden », « Jeune femme » raconte un moment de la vie d’une trentenaire instable, à la dérive.

Ceci dit « Jeune femme » est plus triste, plus désespéré, malgré l’énergie, le grain de folie et l’humour de la jeune femme qui peuvent faire illusion.

Revenue du Mexique, Paula est mise à la porte par son amant, un de ses anciens professeurs et aussi photographe. Rejetée par sa mère, Paula, à la rue, cherche un logement et un travail.

Son parcours commence par un passage aux urgences.

La caméra aussi erre un peu, tâtonne et cherche la stabilité, à l’image de l’héroïne du film.

L’histoire est très touchante, portée par Laetitia Dosch. L’actrice, criante de vérité,  joue de façon exceptionnelle. On peut lire sur son visage très mobile une fine palette d’émotions, variées, comme ses façons de se coiffer.

Malgré une fin un peu décevante, c’est un film à voir pour l’actrice et la description de la solitude, la détresse qui n’épargnent pas les jeunes personnes n’ayant pu de se « caser » assez tôt.

https://www.senscritique.com/film/Jeune_femme/20251200

Publié dans Films vus en salle | Laisser un commentaire