« Le nom de la Rose » de Jean-Jacques Annaud *****

Achat Le Nom de la Rose en DVD - AlloCiné

Avec Sean Connery.

Au 14ème siècle, Guillaume de Baskerville, un moine franciscain, tout aussi croyant qu’érudit et rationaliste, arrive dans une abbaye bénédictine. De mystérieux décès endeuillent cette communauté.

Alors que les débats sur la pauvreté du Christ font rage au sein de l’Eglise et dans cette abbaye, Guillaume de Baskerville enquête sur la mort des moines.

La reconstitution historique est remarquable (costumes, village, abbaye). Dans ce film aux allures de thriller palpitant, Jean-Jacque Annaud nous mène au coeur du monde médiéval européen, avec ses débats d’idées, des émergences de rationalité au coeur d’un univers obscur et superstitieux et la soumission du peuple à quelques élites.

J’ai aussi lu le roman de Umberto Eco. Mis à part quelques différences entre le scénario et le roman, je trouve que le film « le nom de la rose » est le parfait exemple d’une adaptation littéraire réussie.

C’est un des rôles de Sean Connery que je préfère (Avec « Haute Voltige »).

Et certainement un de mes films préférés, (dans le top 3) depuis que je regarde des films.

Indispensable, à revoir d’urgence sur le thème « le rire et la religion ».

Publié dans Films vus en salle | 5 commentaires

« Le jeu de la dame » de Scott Frank sur Netflix ****

https://toutelaculture.com/wp-content/uploads/2020/11/jeu-se-la-dame.jpg

Dans les années 1960, la petite Elisabeth (Beth) Harmon, perd sa mère tragiquement. Elle est confiée à un orphelinat. Elle s’y lie d’amitié avec le gardien qui lui apprend à jouer aux échecs. Celui-ci voit en elle un prodige et lui fait rencontrer les membres d’un club d’échec.

Cette mini-série de 6 épisodes est rapidement captivante. Dans l’atmosphère des années 196O, très bien reconstituée, avec la Guerre Froide en toile de fond, Scott Frank dessine la trajectoire de femmes blessées par l’existence. Celles-ci traceront leur chemin dans le milieu masculin des échecs.

Ce qui m’a vraiment plu dans « le jeu de la dame », c’est l’approche psychologique très fine et les relations entre les divers protagonistes. Relations atypiques, utilisant parfois peu de mots, avec une émotion intense retenue de bout en bout. J’ai aimé particulièrement la relation entre Beth et sa mère adoptive, deux écorchées vives, qui ont appris à s’aimer.

Les acteurs sont tous épatants. Plus qu’une série, « Le jeu de la dame » aurait pu être un grand film de cinéma.

Si le film est « féminin » voire « féministe », le milieu des échecs n’est pourtant pas représenté de façon machiste. Au contraire, c’est le seul univers où Beth se sent à sa place , reconnue pour qui elle est réellement.

J’espère qu’il y aura une seconde saison, même si la première saison se suffit à elle-même.

Publié dans Films vus en salle | 2 commentaires

« Adieu les cons » d’Albert Dupontel ***

Adieu les cons" d'Albert Dupontel

Suze apprend qu’elle est atteinte d’une maladie incurable qui lui sera fatale. Le temps presse, elle cherche à retrouver son enfant né sous X quand elle avait 15 ans. Alors qu’elle entreprend des démarches dans une administration, Jean-Baptiste Cuchas cherche à mettre fin à ses jours.

Suze, Jean-Baptiste et Serge Blin se rencontrent tous les trois suite à ces événements et entreprennent un périple urbain à la recherche de l’enfant de Suze.

J’ai bien aimé l’intrigue. Virginie Efira, Albert Dupontel et Nicolas Marié sont excellents dans leur rôle d’hommes et de femme désespérés, au bout du rouleau, mais pourtant animés par une ultime énergie et une grande finesse psychologique.

Si j’aime beaucoup l’humour désespéré d’Albert Dupontel, j’ai trouvé « Adieu les cons » moins abouti que ses films précédents dont le remarquable « Au revoir là-haut ». Je suis un peu restée sur ma faim, avec un sentiment de superficialité.

Cela dit, « Adieu les cons » est un film à ne pas manquer, essentiellement pour le jeu des acteurs.

Publié dans Films vus en salle | 2 commentaires

« Antoinette dans les Cévennes » de Caroline Vignal ***/****

https://www.francetvinfo.fr/image/75s66neag-62ab/1200/450/22152839.jpg

Antoinette, institutrice romantique est aussi maîtresse du père d’une de ses élèves. Quand celui-ci lui annonce qu’il part en randonnée dans les Cévennes avec sa femme et sa fille sur le chemin de Stevenson, Antoinette ne réfléchit pas et s’inscrit la même semaine pour une randonnée avec un âne.

J’ai été enchantée par ce film très sympathique. Bien sûr tout cela n’est pas très moral, bien sûr, Antoinette ne fait pas le poids face à sa concurrente, jouée par l’excellente Olivia Côte.

Mais le film vaut le détour pour diverses raisons : Laure Calamy est pétillante, drôle, émouvante, profonde et légère. Les confidences et interactions avec Patrick, son compagnon aux longues oreilles, sont dignes d’une relation entre un psy et sa patiente. Les paysages font plonger dans les vacances estivales qui ont pris fin, avec un brin de nostalgie. Ils réveillent des envies pour une prochaine année.

J’ai surtout aimé les chemins de traverse empruntés par Antoinette, lorsqu’elle se perd, fait des haltes et discute avec les autres randonneurs, lorsqu’elle prend le chemin à l’envers, ou rencontre des motards, des soigneurs atypiques. C’est dans ces moments qu’elle trouve ses propres chemins, loin de ceux décidés à l’avance, et que le film trouve ses plus beaux moments.

Publié dans Films vus en salle | 4 commentaires

« La Daronne » de Jean-Paul Salomé ***/****

Patience Portefeux, veuve, mère de deux filles et amante d’un commandant de police, titulaire d’un doctorat de langue Arabe est traductrice franco-arabe à la brigade des stupéfiants.

Elle vit à Belleville au milieu de la communauté chinoise et s’occupe de sa mère soignée en EHPAD.

Un jour, elle trouve, grâce aux écoutes, la planque d’une quantité énorme de drogue.

J’ai adoré l’humour de ce film, même si l’histoire semble assez invraisemblable. C’est un film de caricaturiste, avec des caricatures (au bon sens du terme) (osées dans le politiquement incorrect) souvent hilarantes.

Isabelle Huppert est incroyable, ce rôle d’intellectuelle délinquante déjantée lui va comme un gant. Les autres rôles féminins sont très réussis aussi (Mme Fo -Jade Nadja Nguyen, Kadidja – Farida Ouchani, la mère de patience – Liliane Rovère). Philippe -Hippolyte Girardot est moins naïf qu’il n’y paraît.

Vraiment je conseille !

Publié dans Films vus en salle | 6 commentaires

« Effacer l’historique » de Gustave Kervern et Benoît Delépine ****

Marie Dehoux, Bertrand Pitorin et Christine, d’anciens gilets jaunes devenus amis, vivent en zone pavillonnaire dans le Nord de la France. Marie, séparée, endettée, alcoolique dans ses moments de déprime se trouve victime d’un chantage à la sextape. Bertrand, serrurier dans une zone commerciale, veuf et père d’une adolescente, endetté, à la recherche d’une âme soeur, essaie d’aider sa fille, victime de harcèlement sur Facebook. Christine, conductrice de VTC, virée de son ancien travail à cause de son addiction aux séries, n’arrive pas à obtenir d’étoiles sur internet pour son commerce.

Ensemble, ils vont essayer de combattre les pièges de ce monde virtuel.

J’ai adoré cette comédie touchante et décapante, un peu onirique voire fantastique sur la fin, au fond désespérée, où seule l’amitié fait sens. Et voici enfin une comédie dont les meilleurs gags ne figurent pas dans la bande-annonce !

Un casting sur mesure, des rôles parfaitement interprétés  : Blanche Gardin, Denis Podalydès, Corinne Masiero, Jean Dujardin (en photo), Bouli Lanners, Vincent Lacoste, Benoît Poelvoorde, Vincent Dedienne, Houellebecq, Philippe Reboot …

J’ai complètement adhéré à l’humour féroce et subtil, avec un gag toutes les 2 minutes et l’un ou l’autre gag un peu trash à la Blanche Gardin.

Gustave Kervern et Benoît Delépine passent à la moulinette les travers de la société connectée et dominée par les GAFA. Ils dépeignent des personnages broyés par le système, mais heureusement pas déshumanisés.

A ne pas manquer !

Publié dans Films vus en salle | 5 commentaires

« Tenet » de Christopher Nolan ***

Un des grands manipulateurs du temps (en tout cas du temps pensé) est le cinéma avec les possibilités qu’offrent images, montage et musique : sauts spatio-temporels, temps inversé, rallongé, écourté, franchi dans un sens ou dans l’autre avec des ellipses… Christopher Nolan est devenu maître dans cet art du jeu avec le temps imaginé.

C’est avec le cerveau en ébullition que je suis sortie de la salle : film écrit sous cocaïne, ou par une personne qui vient du futur ?

Les textes dits rapidement utilisent un vocabulaire scientifique, technique pour initiés et une logique à laquelle parfois manquent quelques maillons. Les actions qui s’en suivent sont tout aussi véloces et parfois s’enchaînent on ne sait trop pourquoi.

Cela dit, je trouve que l’intrigue et l’idée de départ sont bien trouvées, passionnantes et font un excellent scénario pour un thriller d’espionnage fantastique. Les acteurs se prennent au jeu, je retiens quelques scènes mémorables (avec l’avion ou les catamarans), bien sûr les scènes inversées font mouche. Est-ce grave de ne pas tout comprendre (pourquoi font-ils sauter la bombe ? Pourquoi certains personnages inversés se trouvent loin dans le passé ?..) Quoiqu’il en soit j’ai apprécié « Tenet », peut-être à revoir …!

Publié dans Films vus en salle | 4 commentaires

« Lands of murders » de Christian Alvart ****

De « La Isla Minima » projeté en salles en juillet 2015, j’ai retenu l’atmosphère sombre, les paysages aériens, la musique envoûtante, les tensions liées au contexte post-franquiste et la noirceur de l’intrigue.

Si « Lands of murders » reprend la même histoire dans l’Allemagne réunifiée des années 1990, je n’ai pas trouvé le film redondant, n’ayant plus les détails du film espagnol en tête. Retrouver une ambiance ne m’a pas posé problème. Et celle de « Lands of murders » est pesante à souhait.

Comme dans quelques thrillers que j’ai beaucoup aimés (les films coréens ou certains tournées en Louisiane, comme « dans la brume électrique »), j’ai retrouvé cette ambiance poisseuse, marécageuse, pluvieuse avec des friches industrielles ; cet univers d’individus taiseux, où nul n’a les mains propres ; où le peu de vérité accessible est extirpée avec des moyens peu orthodoxes et souvent connue par hasard.

La solution de l’énigme est moins intéressante que le déroulement de l’enquête au milieu de ces personnages inquiétants. L’hôtel miteux où logent les policiers est un concentré de cet univers post communiste.

Amateurs de polars sombres, vous allez apprécier.

Publié dans Films vus en salle | 7 commentaires

« Lucky Strike » de Kim Yong-Hoon ***

Joong-Man occupe un emploi précaire dans un sauna à proximité d’un hôtel chic. Il est marié et s’occupe de sa mère handicapée. Un soir, il trouve un sac Vuitton dans un casier du sauna. Peu de temps après il se fait licencier pour un retard indépendant de sa volonté. Le cinéaste nous fait partager les journées d’autres protagonistes dans une temporalité éclatée et décalée.  Le tout finit par prendre du sens…

Kim Yong-Hoon a écrit un thriller sanglant, malin dans la tradition des thrillers coréens poisseux de ces dernières années.

Si vous êtes amateur du genre je vous conseille ce film, vous ne serez pas déçus. Laissez-vous juste emporter pour un moment de divertissement de bonne qualité. Le film n’est pas profond mais assez satisfaisant dans son aboutissement.

Publié dans Films vus en salle | 4 commentaires

« De Gaulle » de Gabriel Le Bomin ***/****

L’action se déroule pendant deux semaines entre la France et la Grande Bretagne en juin 1940.

Après une introduction inattendue qui fait craindre le pire, le spectateur découvre la famille du colonel Charles De Gaulle au grand complet lors d’un déjeuner de famille. C’est une famille unie, bourgeoise, croyante. Charles et Yvonne De Gaulle sont très soudés.

Le colonel est peu de temps après appelé sur le front à Abbeville et s’oppose en vain aux décisions militaires de l’Etat Major. Nommé Général, s’il rejoint ensuite le gouvernement, il n’en reste pas moins opposé aux autres militaires prêts à accepter la défaite de la France et à refuser toute alliance stratégique avec la Grande Bretagne.

Alors qu’en pleine débâcle, sa femme et ses enfants partent vers l’ouest de la France, le Général peine à se faire entendre et à trouver sa place au sein du gouvernement.

Les choses se précipitent, le général De Gaulle part à Londres sans nouvelles de sa famille qui cherche à quitter la France.

Je suis loin d’être une spécialiste de cette période de l’Histoire et je dois dire que le film m’a rafraichi la mémoire. S’il oscille entre la vie familiale du général De Gaulle et sa vie politique, il est construit comme un thriller historique et romanesque, ce qui a captivé mon intérêt. Les reconstitutions sont toujours impressionnantes dans ce genre de film.

Les discussions entre Churchill et De Gaulle ont du panache.

Un film à voir comme introduction à une biographie du grand homme.

Publié dans Films vus en salle | 2 commentaires