« Le vrai lieu » de Fabien Dovetto et Aurélien Milhaud

Le premier long métrage d’Aurélien Milhaud aborde de façon poético-fantastique la question de la marginalité et de la possibilité d’une marge. Il prend la forme d’un road-movie faisant référence à des modèles du genre, comme « into the wild » ou « Paris Texas ».

Les protagonistes, Gis et Rémy, occasionnellement rejoints par Edouard, voyagent à pied et en camping-car dans le sud de la France à la recherche du « vrai lieu ». Ils fuient les « briseurs de rêves ». Gis et Rémy sont des vagabonds portant des valises avec vêtements, vin et saucisson. Rémy, le plus fragile suit son ami, aussi un peu mentor. Le chemin est l’occasion de rencontres diverses.

Le film n’explique jamais ce que sont « le vrai lieu » ni « les briseurs de rêves ». On devine que le « vrai lieu » est un ailleurs, une marge géographique qui s’inscrirait dans l’au-delà du paysage. « Les briseurs de rêves » ce sont les personnes intégrées dans le fonctionnement sociétal que les deux hommes fuient.

J’ai beaucoup aimé le rythme du film, voyage à travers champs, forêts, paysages verdoyants ou plus désertiques, enfin les marais salants et la mer. Avec des couleurs et des cadrages de très belle facture. Le chemin démarre en ville, les vagabonds traversent aussi un village, plus tard une autre ville aux tours vertigineuses et écrasantes, avec des citadins semblant venir d’un monde parallèle. Ici, l’histoire prend une dimension fantastique.

Le tout est ponctué par de longues scènes avec de la musique, dans les moments où par exemple ils cheminent ou arrivent à destination. La bande son donne elle aussi un sentiment d’étrangeté, parfois de liberté. Il y a l’une ou l’autre touche d’humour, mais le fond de l’histoire est plutôt désespéré.

Le cinéma indépendant, lui aussi en marge des systèmes de production, a trouvé un « vrai lieu » : la diffusion sur internet, un espace monde virtuel où les rapports entre élites et personnes ordinaires sont parfois inversés.

J’espère que ce film touchant à la réalisation très soignée, au message triste, sera visionné un grand nombre de fois. Peut-être trouvera-t-il une place de choix dans l’imaginaire des spectateurs, leur offrant une invitation vers un « vrai lieu » cinématographique.

Visible sur You tube :

Vous pouvez soutenir les auteurs en louant ou en achetant le film.

https://levrailieu.okast.tv/#/

Cet article a été publié dans Longs métrages - cinéma indépendant. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s