« La petite fille de la terre noire » de Jeon Soo-il ***

Afficher l'image d'origineCorée du Sud, dans une petite ville minière en pleine restructuration, de nos jours, en hiver. Le cinéaste pose un décor simple et austère, presque désert.

La lumière hivernale glacée et éblouissante est très belle. Le film est essentiellement composé de longs plans fixes, le mouvement ne vient que rarement de la caméra, il est crée dans les plans, par les acteurs, les animaux ou les objets (véhicules).

Les lieux et leur immobilisme sont le théâtre de l’enfance brisée de la petite Young-lim, 9 ans. Véritable petite maman pour son grand frère souffrant visiblement de troubles mentaux , elle gère le quotidien pour son père, ouvrier de la mine en arrêt maladie.

Peu de mots, de paroles. Sans cette lumière qui traverse à la fois le film et la petite Young-lim lorsqu’elle s’occupe de son frère, il ne resterait que de la déprime.

DVD en vente à partir du 15 novembre chez le distributeur : https://filmsduparadoxe.com/accueil/

http://www.cinetrafic.fr/film-recent

http://www.cinetrafic.fr/film-adolescent

http://www.senscritique.com/film/La_Petite_Fille_de_la_terre_noire/409283

Cet article a été publié dans Films vus sur petit écran. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s