« De douces paroles » de Shemi Zarhin ***

Afficher l'image d'origineCe film israëlien se déroule de nos jours d’abord à Jérusalem, puis à Paris et à Marseille, après une brève introduction en Algérie.

D’abord un portrait de famille : une mère au passé secret, divorcée, un père et sa nouvelle femme ; une tante, alcoolique parisienne, trois enfants : la fille, Dorona qui multiplie les fausses couches, son mari Ricky manifestant un amour qui brave tous les obstacles, les 2 fils, Netanel juif orthodoxe et Shaï, gay et père d’un enfant.

Le film est tourné avec peu de relief, tout est dans les dialogues, sauf à Marseille, ville joliment filmée.

C’est un film bavard (j’aime bien les films bavards) et la partition de Dorona est bien relevée.

Les enfants, suivis du mari de Dorona et de leur père partent en France à la recherche de leur passé et leurs origines et de la véritable personnalité de leur mère.

La question qui traverse le film : comment définir notre identité ? Est-ce le fait de nos parents, de nos origines, de la façon dont l’éducation nous a modelés, ou encore de ce qu’on fait de sa vie ?

Le cinéaste semble inviter à vivre tourné vers l’avenir, même s’il questionne d’autres possibilités.

Film sorti le 18/10/2016 chez Blaq out http://www.blaqout.com/

https://www.facebook.com/pages/Blaq-Out/61338913279?fref=ts

http://www.cinetrafic.fr/film-2016

http://www.cinetrafic.fr/bande-annonce

 

Cet article a été publié dans Films vus sur petit écran. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s