« Séjour dans les monts Fuchun » de Xiaogang Gu ****

J’ai bien mis 45 minutes à comprendre qui est qui, lequel est le jeune frère, parmi ceux qui ont des problèmes d’argent, lequel gagne de l’argent sale, qui est le fils, qui est le fiancé …

J’ai pris le temps qu’il fallait et j’ai été enchantée par ce film sur la Chine d’aujourd’hui qui ouvre l’année 2020.

Tout commence par les 70 ans de la grand-mère récemment veuve. Elle fête son anniversaire avec ses 4 fils et leur famille, dans le restaurant du fils aîné. Malheureusement à cause d’une forte tension, elle a une attaque. Elle ne pourra plus vivre seule.

On fait progressivement la connaissance des 4 fils. Leur destinée se dessine dans cette chronique familiale non dépourvue de surprises et ponctuée d’ellipses.

Le film se passe au bord de la rivière Fuchun, dans la ville de Fuyang, bordée de montagnes et de forêts magnifiques, en chemin constant vers la modernité, sur plusieurs saisons bien marquées.

Malgré le modernisme en marche, le poids comme le charme des traditions marquent leur empreinte sur les vies.

Les images sont extraordinaires, très travaillées. Chaque plan et chaque champ sont explorés, Xiaogang Gu en joue, le cadrage est superbe et les couleurs limpides.

Ce film romanesque au langage cinématographique très riche et abouti est le premier volet d’une trilogie à suivre.

Cet article a été publié dans Films vus en salle. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

8 commentaires pour « Séjour dans les monts Fuchun » de Xiaogang Gu ****

  1. Aurelien dit :

    Tu serais malheureuse à Dijon : Ce film n’a qu’une séance par jour dans un cinéma de quartier complètement isolé (qui avait diffusé le très beau film chinois sur un sujet proche « mountains may depart » pour lequel je ne regrette pas d’avoir fait une heure et demi de marche mais ce n’est pas tous les jours que je suis motivé), « Jeune Juliette » n’est pas sorti du tout, au moment où tu as fait ton billet sur « Le Mans 66 » il n’y avait plus qu’une séance le soir à 23 heures (par contre « parasites » et « joker » ont été bien diffusé longtemps, mais pour ceux-là j’ai eu peur que ce soit des films durs).

    Il y a un cinéma qui est spécialisé dans les films français, un dans les grandes production américaines, le cinéma de quartier à l’extérieur et un multiplexe à l’extérieur aussi.

    Par contre le théatre, les musées d’art et les concerts classiques sont supers. Il y a un projet de rénovation d’un quartier où des salles de cinéma sont prévues.

  2. Bonsoir Aurélien, De plus Dijon est une très belle ville !
    Mais c’est vrai, nous sommes gâtés à Strasbourg, avec au centre ville 3 cinémas d’art et d’essai vraiment formidables, compris dans les abonnements UGC et Pathé. Pour les cinéphiles plus âgés, de quoi passer une retraite sympa ! (ce n’est pas encore mon cas)
    J’ai raté les récents films chinois de la fin 2019, je n’étais pas trop tentée par les histoires (plutôt des films de voyous).
    Oui, parasite et joker sont très violents, surtout psychologiquement.
    « Séjour dans les monts Fuchun » a aussi sa part de drames sans être violent.
    Très bonne soirée,

  3. princecranoir dit :

    C’est visiblement Le film à voir en ce début d’année. J’espère trouver le temps. Ce n’est ps gagné. Je note néanmoins.

  4. auroreinparis dit :

    2h30 de film, il m’en a fallu de la motivation pour me décider à la voir … Mais j’en suis globalement ravie pour nombre de raisons énumérées 🙂

  5. dasola dit :

    Bonjour Anne, très grand et beau film qui commence bien l’année. Bonne après-midi.

Répondre à princecranoir Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s