« Le meilleur reste à venir » de Alexandre de la Patellière et Mathieu Delaporte **

Arthur Dreyfus, suite à un malentendu, apprend que son meilleur ami, César Montesiho est atteint d’un cancer incurable. Ne parvenant pas à le lui annoncer, il laisse croire que lui-même est malade. Chacun s’extrait de sa routine pour consacrer quelques jours à son ami. S’ils choisissent une attitude hédoniste, chacun entraîne aussi son ami vers des choix plus essentiels.

Le film oscille entre la comédie et le drame, la raison, la légèreté et l’émotion.

J’ai trouvé l’histoire parfois incohérente (pourquoi César ne consulte-t-il pas le médecin indien au final ? Pourquoi aucun symptôme, si proche de la fin ?) et manquant de profondeur et parfois de finesse. Seule l’attitude de Randa rappelle réellement de quoi il s’agit.

Malgré tout, j’ai passé 2 heures intéressantes, grâce essentiellement à Fabrice Luchini.

Cet article a été publié dans Films vus en salle. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s