« Séjour dans les monts Fuchun » de Xiaogang Gu ****

J’ai bien mis 45 minutes à comprendre qui est qui, lequel est le jeune frère, parmi ceux qui ont des problèmes d’argent, lequel gagne de l’argent sale, qui est le fils, qui est le fiancé …

J’ai pris le temps qu’il fallait et j’ai été enchantée par ce film sur la Chine d’aujourd’hui qui ouvre l’année 2020.

Tout commence par les 70 ans de la grand-mère récemment veuve. Elle fête son anniversaire avec ses 4 fils et leur famille, dans le restaurant du fils aîné. Malheureusement à cause d’une forte tension, elle a une attaque. Elle ne pourra plus vivre seule.

On fait progressivement la connaissance des 4 fils. Leur destinée se dessine dans cette chronique familiale non dépourvue de surprises et ponctuée d’ellipses.

Le film se passe au bord de la rivière Fuchun, dans la ville de Fuyang, bordée de montagnes et de forêts magnifiques, en chemin constant vers la modernité, sur plusieurs saisons bien marquées.

Malgré le modernisme en marche, le poids comme le charme des traditions marquent leur empreinte sur les vies.

Les images sont extraordinaires, très travaillées. Chaque plan et chaque champ sont explorés, Xiaogang Gu en joue, le cadrage est superbe et les couleurs limpides.

Ce film romanesque au langage cinématographique très riche et abouti est le premier volet d’une trilogie à suivre.

Publié dans Films vus en salle | 8 commentaires

« L’art du mensonge » de Bill Condon ***

Mon premier film de l’année est plutôt une bonne surprise, alors que certains journaux annonçaient un échec. De plus les sorties intéressantes sont nombreuses cette première semaine de janvier.

L’affiche, la distribution et la BA laissent imaginer un film de style british, parlant d’arnaque sur un mode léger, malin et pince sans rire. Mais « L’art du mensonge » s’apparente davantage à un drame en partie historique, assez violent et cruel, malgré le final.

A Londres en 2009, Roy arnaque les gens sur plusieurs fronts : les vieilles dames qu’il séduit et cherche à dépouiller, les investisseurs naïfs…Bill Condon nous entraîne également à Berlin.

Par le biais d’un site de rencontre, il fait la connaissance de Betty avec qui il sympathise.

Ian McKellen et Helen Mirren jouent tout en subtilité, plongeant le spectateur sous tension dès les premières minutes. On se demande d’emblée ce que chaque apparence cache en elle de vérité.

Certains points ne m’ont pas convaincue, mais l’histoire dans sa globalité reste cohérente et bien ficelée.

Un film intéressant.

Publié dans Films vus en salle | Laisser un commentaire

Bonne Année 2020 !

Je vous souhaite une très belle année 2020, riche en belles découvertes cinématographiques. Merci pour votre fidélité.

Publié dans Films vus en salle | 3 commentaires

« La vérité » de Hirokazu Kore-eda ***

Fabienne, actrice célèbre en fin de carrière, vit dans une grande demeure à Paris avec son compagnon et son imprésario. Alors qu’elle vient d’écrire ses mémoires, elle joue aussi dans un film d’anticipation sur le thème « relation mère/fille ». Sa fille qui vit à New York est de passage avec son mari et sa fillette.

Kore-eda ne raconte pas ici une histoire complexe sur un scénario aux multiples rebondissements. La caméra est centrée sur le personnage de Fabienne (irrésistible Catherine Deneuve), les dialogues acérés et une relation mère fille, digne d’un film d’Ingmar Bergman, trouvant des échos dans le film tourné dans le film. Il est question de jalousie, d’amour, d’amour trahi, de tendresse et d’amertume, de rancoeur.

Comme l’indique le titre, une question essentielle se pose : Quand l’actrice cesse-t-elle de jouer, quand dit-elle la vérité ? Jusqu’à la fin la différence entre jeu et réalité reste imperceptible.

Si le scénario peut décevoir, les qualités du film se situent dans le talent des acteurs, le texte, le charme des décors, la fine analyse des relations, les réflexions sur le cinéma d’hier et d’aujourd’hui et la réflexion sur le jeu illimité de l’actrice.

Publié dans Films vus en salle | 2 commentaires

Mes films préférés de 2019

J’ai aimé de nombreux films cette année, même si j’en ai vu moins que d’habitude.

Mon classement est lié à l’empreinte que m’a laissé chaque film.

Deux d’entre eux ont ma préférence :

Edmond

Il était une fois à Hollywood

Les films suivants sont des coups de coeur :

Le Mans 66

Papicha

Apollo 11

Parasite

La chute de l’empire américain

L’oeuvre sans auteur

Sorry we missed you

Green book

Ces derniers films m’ont beaucoup plu :

A couteaux tirés

So long my son

Les oiseaux de passage

Deux moi

Mention spéciale humour à :

The dead don’t die

Ma liste s’arrête là mais elle n’est pas exhaustive.

Publié dans Films vus en salle, Tops | 10 commentaires

Nouveauté 2020

Chers lecteurs,

Petit changement pour 2020. Je ne parlerai que des films que j’ai aimés. Plus de critique négative.

Les appréciations seront les suivantes :

***  : j’ai aimé

**** : j’ai beaucoup aimé

***** : gros coup de coeur

J’en profite pour vous souhaiter un très joyeux Noël.

Publié dans Films vus en salle | 7 commentaires

« Jeune Juliette » de Anne Emond ***/****

Cette chronique québécoise s’attache au quotidien de Juliette, une collégienne, à la veille des congés scolaires d’été.

Si elle est très bonne élève sauf en sport, Juliette n’est pas très populaire. Avec sa seule et meilleure amie, elle déplore l’ennui et la bêtise ambiante, tout en rêvant d’amour. Elle vit avec son père et son frère aîné. On découvre que sa mère les a quittés pour s’installer à New York.

J’avais l’impression que les jeunes jouaient leur propre rôle, tant les dialogues et les jeux sont singuliers, incarnés et réalistes.

C’est un film tendre, doux amer, qui parvient à insuffler fraicheur et sourire, malgré les événements parfois cruels et décevants.

Un film à retenir.

Publié dans Films vus en salle | Laisser un commentaire

« Star Wars : l’ascension de Skywalker » de J.J. Abrams ***/****

La sortie de Star Wars IX fut l’événement de la journée, même de la semaine, annoncé au début du journal de ma radio locale ce matin. Depuis des semaines, sur les écrans, sans ne rien dévoiler, les publicitaires se sont emparés du sujet.

J’ai beaucoup aimé, le spectacle était à la hauteur de l’attente. J.J. Abrams sait utiliser tous les artifices qu’offre le cinéma contemporain et propose un beau feu d’artifices avec une musique grandiose.

Le film a bien sûr des défauts : de la science-fiction, il relève davantage de la fiction que de la science. Outrepassant souvent les lois de la physique, il fait fi de certaines explications et prend des raccourcis pour amener des péripéties et mettre en scène des actions.

J.J. Abrams, convoque les morts qu’il mêle aux vivants, c’est assez pesant. Cela dit, les nombreux clins d’oeil nostalgiques aux volets précédents sont les bienvenus.

Ce tourbillon d’aventures cosmique très imaginatif est palpitant. Il présente des mondes variés avec des aliens et des droïdes originaux. La nouvelle équipe est toujours aussi sympathique. Dès le début, on comprend que ce film est une clôture, la grande conclusion d’un cycle auquel il apporte certaines réponses, non dépourvues de surprises.

J’ai lu ici et là que c’est vraiment la fin de la saga et que le film permet cette conclusion. Ceci dit, le final a des failles et à mon avis laisse des ouvertures. Nous en reparlerons peut-être.

Je vous conseille chaudement « Star Wars IX « si vous avez aimé tout le reste de l’épopée.

Publié dans Films vus en salle | 2 commentaires

« Le Mans 66 » de James Mangold ****/*****

Je n’y connais rien en course automobile et ne savais rien de cette histoire vraie qui s’est déroulée au USA dans les années 60. J’ai cela dit été passionnée de bout en bout  par cet excellent film.

Henry Ford (deuxième du nom) cherche à donner une nouvelle impulsion à l’entreprise automobile familiale. Un conseiller suggère de faire participer des véhicules Ford aux 24 heures du Mans où règne jusqu’à présent la famille italienne Ferrari.

Ford embauche l’ancien pilote Carroll Shelby pour mettre au point un véhicule performant. Shelby ne conçoit pas la course sans la participation du coureur automobile aussi génial qu’ingérable : Ken Miles.

Le film raconte l’épopée de Shelby et de Miles. S’ils doivent convaincre Ford d’accepter Miles comme pilote, ils s’engagent aussi dans l’aventure des 24h du Mans.

Raconté comme cela, le film ne fait peut-être pas envie. C’est sans compter que :

– Matt Damon et Henry Bale sont très grands, l’un faux calme, déterminé avec son sourire énigmatique, l’autre impliqué à 200 % dans sa passion.

– Les moments de courses sont à couper le souffle, avec des images prises à ras le sol, sous la pluie, de nuit avec de réelles sensations de vitesse et de mouvement et de vraies frayeurs.

– l’époque des sixties superbement reconstituée, sous le soleil américain et en France , met en scène des véhicules incroyables.

– L’importance de la vie familiale de Ken Miles s’intègre bien dans le scénario.

– La rivalité entre Enzo Ferrari et Henry Ford vaut le détour.

– L’excellent portrait au Vitriol de Ford et ses dirigeants égratigne l’image des USA et sa logique marketing,

« Le Mans 66 » est un hommage grandiose aux pionniers de la course automobile, de purs sportifs aussi géniaux en mécanique qu’au volant de véhicules de légende.

C’eût été dommage de passer à côté de ce film.

Publié dans Films vus en salle | 5 commentaires

« Last Christmas » de Paul Feig **

Si je suis allée voir « Last Christmas » c’est par goût pour les comédies romantiques anglaises et parce que j’apprécie Emma Thompson et Emilia Clarke.

Je m’attendais ceci dit à un film pur glucose, chargé de guirlandes et de sapins.

Même si l’humour laisse parfois à désirer (peut-être il passe mieux en VO), même si le film foisonne de bons sentiments, l’histoire principale est grave, très touchante et très bien racontée.

Emma Thompson a un rôle inattendu où elle est comme d’habitude excellente. L’ensemble est porté par le charme d’Emilia Clarke et de Henry Golding.

En cette période de fêtes de fin d’année, « Last Christmas » est à considérer comme un conte de Noël, avec des messages de saison et une tournure émouvante à laquelle on ne s’attend pas.

Publié dans Films vus en salle | Laisser un commentaire